CORONAVIRUS : point sur la situation régionale

Point de situation au 22/04/2020

Pêche

Les fêtes de Pâques marquent usuellement un développement de l’activité économique pour la majorité des pêcheurs et le moment de la reprise d’activité pour ceux ayant effectué une pause hivernale. Les pertes économiques des mois d’avril et de mai seront donc plus importantes que celles de mars. La rupture économique du mois de mars s’est révélée brutale en raison de l’absence de mareyeur, de la fermeture des restaurants puis de la fermeture d’un grand nombre de sites de vente directe. Suite à ces fermetures, nous avons tous œuvré pour la réouverture de nombreux points de vente directe, cependant certains demeurent à ce jour, toujours fermés.

Certains pêcheurs s’organisent donc pour développer des circuits commerciaux de vente directe aux particuliers qu’ils n’utilisaient pas ou peu auparavant comme la livraison chez les particuliers, les commandes par annonce des débarquements sur les réseaux sociaux. Les pêcheurs se doivent de rassurer les consommateurs et de les informer sur l’accessibilité de leurs productions en vente directe Des initiatives consistant à donner la possibilité aux professionnels de se référencer auprès des Chambres de Commerce et d’Industrie de la région (CCI) et de la plateforme du Conseil Régional (bien que ciblant la filière agricole) ont été mises en place.

Elles ont pour objectifs de rassurer les consommateurs sur les lieux de vente de produits frais issues de la production locale ou de rendre visible la continuité de production par d’autres plateformes (comme par exemple Envie de mer, etc.). Des partenariats avec le secteur de la restauration ou de la commercialisation qui proposent à des professionnels d’être des points relais pour leurs livraisons ont été également mis en place. Malgré ces initiatives, l’essentiel de la flotte encore active demeure en sous régime d’activité due à l’absence de débouchés traditionnels, et la volatilité de la demande des particuliers leur pose des problèmes de rentabilité.

Les craintes des pêcheurs sur la pérennité de leur activité sont fortes. C’est du côté des entreprises présentant une faible trésorerie, particulièrement celles devant rembourser des crédits engagés pour l’achat de leur navire que la situation est la plus inquiétante. De plus, certains pêcheurs qui se projettent sur une reprise post confinement redoutent la perte de leurs principaux débouchés commerciaux : en effet de nombreux premiers acheteurs (restaurateurs, mareyeurs) inactifs depuis plusieurs mois souffriront probablement d’un manque de trésorerie.

Pisciculture

La filière piscicole accuse une baisse des ventes entre 50 et 80% depuis le début de la crise. Les grandes et moyennes surfaces, qui distribuent principalement des produits transformés plutôt que des produits bruts, recommencent à s’approvisionner faiblement chez les pisciculteurs mais principalement sur des produits conditionnés et emballés. Les autres circuits de commercialisation sont à l’arrêt. Même lorsque l’activité est totalement arrêtée, les salariés des fermes ne peuvent pas être tous placés en chômage partiel pour des raisons de maintenance, surveillance et alimentation des poissons dans les fermes piscicoles.

Département 13 (≈ 560 marins pêcheurs)

Situation économique : La perte de mareyeurs, circuit commercial utilisé par 65% des pêcheurs professionnels dans le quartier d’immatriculation de Martigues et 20% dans le quartier d’immatriculation de Marseille, a eu une forte incidence sur leur chiffre d’affaire. Certains mareyeurs ont repris une activité ponctuelle et repassent des commandes spécifiques permettant la sortie de quelques navires.

Situation sociale : La réouverture de la pêche à la palourde de l’étang de Berre, permet à une partie des 78 licenciés de reprendre une activité qui était interrompue depuis près de 2 ans. Un thonier-senneur de PACA est toujours coincé dans un port du sud de l’Espagne.

Département 83 (≈ 250 marins pêcheurs)

Situation économique : Le Var est le département de la Région présentant le plus grand nombre de sites de vente directe au quai devant les navires (21 sites sur les 45 de la région). La vente devant les navires a été autorisée à nouveau dans plusieurs ports : Bandol, Carqueiranne, Toulon, Saint-Tropez, Saint Mandrier, Hyères, Six-fours, Le Brusc, Le Lavandou et Cavalaire. Pour les ports sans autorisation de vente à quai, les pêcheurs ont mis en place un service de livraison aux particuliers. Ce circuit est également pratiqué par d’autres qui cumulent vente à quai et livraisons.

Situation sociale : Certaines flottilles sont actuellement totalement à l’arrêt comme la flottille des ganguis.

Département 06 (≈ 110 marins pêcheurs)

Situation économique : Eléments contrastés : certains pêcheurs demeurent très actifs malgré la crise, parvenant à vendre essentiellement "au cul du bateau" et certains réalisent presque le même chiffre d’affaire qu'habituellement. En revanche d’autres pêcheurs qui réalisent d’ordinaire un volume de production plus important ne trouvent plus de débouchés commerciaux et sont en sous-régime d’activité. Enfin, la ressource halieutique semble être particulièrement abondante depuis le début du confinement selon les pêcheurs : prise de denti plus régulière (espèce habituellement ciblée par les pêcheurs de loisirs) ainsi qu’une abondance de thon rouge et de poutine.

Situation sociale : Ceux dont les pertes économiques sont les plus importantes, rappellent que les fêtes de Pâques sont actuellement une période faste, et que leur activité est actuellement durement impactée. Certains craignent également le contrecoup de la pandémie dans un futur proche puisque la période estivale sur la Côte d’Azur est usuellement couplée à un afflux touristique important et haut de gamme, permettant l’écoulement d’une forte production à des prix élevés pour une clientèle aisée. Cependant, plusieurs « gros clients » saisonniers ont d’ores et déjà annoncé qu’ils ne reviendraient pas cet été.

Évaluer cet élément
(5 Votes)
  • Dernière modification le mercredi, 22 avril 2020 17:31
  • Taille de police

Comité régional des pêches maritimes et des élevages marins de PACA

crpmem pacaLe Comité Régional des Pêches Maritimes et des Elevages Marins de Provence-Alpes-Côte d’Azur (CRPMEM PACA) est un organisme interprofessionnel de droit privé dont sont adhérents tous les professionnels qui pêchent, élèvent et récoltent (hors conchyliculture) sur l’espace maritime.

En savoir +

.